« EZ-GO pourrait être le Black Cab de Londres ou le taxi jaune de New York »

Directeur du Design Industriel du Groupe Renault, Laurens van den Acker a été interrogé par Automotive News Europe sur les particularités de la conception d’un robot-véhicule par rapport à une voiture traditionnelle. Reprenant l’exemple du concept EZ-GO, il souligne l’importance de créer un objet qui s’intègre dans l’écosystème de la ville dans laquelle il évolue, jusqu’à potentiellement en devenir un symbole.

La mobilité partagée de demain s’effectuera dans un véhicule électrique, autonome et connecté (un « robot-véhicule »), à l’instar du concept EZ-GO dévoilé par Renault au salon de Genève 2018. Forcément, un tel objet ne se conçoit pas comme on conçoit une voiture traditionnelle destinée à la propriété individuelle.

C’est ce qu’explique Laurens van den Acker, Directeur du Design Industriel du Groupe Renault, dans une interview donnée à Automotive News Europe. Interrogé sur les challenges qui s’étaient posés à lui et à ses équipes en termes de design, il a notamment souligné qu’il avait fallu totalement repenser l’accès à bord.

« L’entrée à bord et la sortie d’un robot-véhicule sont des choses très importantes. Par exemple, vous ne voulez pas sortir côté rue car il y a des voitures qui circulent. Le fait de pouvoir pénétrer à bord debout, en marchant, est plus distingué que si l’on se contorsionne. C’est pourquoi nous avons créé cette grande ouverture frontale qui convient également aux personnes en fauteuil roulant ou qui ont des difficultés à marcher. »

Une fenêtre sur la ville

Au-delà des aspects pratiques, Laurens van den Acker insiste sur le fait que le design d’un robot-véhicule comme EZ-GO doit se faire sans oublier l’humain, pour lui permettre à la fois « de se sentir protégé » et de « voyager différemment ». Pour cela, il faut que le robot-véhicule soit « une fenêtre sur la ville ». D’où les vastes surfaces vitrées d’EZ-GO.

Mais il va plus loin dans la relation entre le robot-véhicule et l’environnement urbain dans lequel il évolue en expliquant qu’à l’intérieur, les passagers doivent trouver des informations sur la ville pour agrémenter ou compléter leur voyage. Par exemple des informations pratiques (services à proximité, horaires de musées, etc.), des informations touristiques ou historiques.

Un symbole de la ville

Entre ces aspects esthétiques, humains et pratiques, Laurens van den Acker se fait visionnaire et imagine qu’un robot-véhicule pourrait même devenir un symbole pour une ville qui l’adopte.

« Un service de robot-véhicule se conçoit pour un opérateur ou pour une ville. EZ-GO pourrait être [pour Paris] le Black Cab de Londres ou le taxi jaune de New York. Si une ville comme Paris voulait montrer au monde ce qu’il représente, ne faudrait-il pas qu’elle le fasse avec quelque chose de moderne, efficace, élégant et confortable ? »

Lire l’article complet

COMMENT DÉVELOPPER UN SYSTÈME GLOBAL INTÉGRANT DES VÉHICULES AUTONOMES ET UNE PLATE-FORME DE MOBILITÉ ?
Renault EZ-ULTIMO : un robot-véhicule pour une expérience de mobilité premium
Renault EZ-PRO : un robot-véhicule pour les livraisons urbaines
Renault EZ-GO, première mondiale du robot-véhicule conçu pour la mobilité urbaine partagée
Le Groupe Renault dévoile la première île intelligente de France à Belle-Île-en-Mer